Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 18:19

 

fouille 2012

Les opérations de terrain ont repris avec le dégagement complet de la porte de l’enclos villageois. Le relevé des maçonneries est presque achevé.

pavage de la porteTrois phases de construction successives ont été identifiées: la plus ancienne, construite entre 1100 et 1200 (selon le mobilier associé), présente un appareil régulier composé de moellons de basalte disposés selon des assises régulières. Le niveau de sol de cette première porte est particulièrement soigné, il s’agit d’un pavage réalisé à partir de grandes dalles basaltiques. Le passage de la porte est alors très étroit (environ un mètre),  ce qui, dans l’optique d’un enclos pastoral, assurait que les zébus ne puissent sortir de l’enclos qu’un à un, ce qui limitait les possibilités de vol de troupeau. Un niveau incendié indique une destruction violente de cette première porte vers 1250-1350. Ce premier édifice atteste de la parfaite maîtrise des techniques de construction des maçons de cette époque. On ne retrouve plus lors des phases de construction ultérieures cette qualité architecturale. 

Des parallèles avec les sites swahilis et malgaches contemporains sont observés: à Madagascar par exemple, le site de Mahilaka possède des enceintes maçonnées avec un parement similaire à celui de l’enclos d’Acoua (Radimilahy 1998). Globalement, les édifices maçonnés d’Afrique de l’Est présentent entre le Xe et XIIIe siècle des assises régulières, employant à la côte swahili des moellons de corail taillé (porites), ou des blocs réguliers de basalte à Madagascar ou comme ici à Acoua. Après le XIIIe siècle, les maçons réalisent des parements irréguliers, généralement recouvert d’un enduit de chaux.

Entre 1250 et 1350 la porte est ensuite remaniée, les techniques de maçonneries employées sont alors plus frustres avec un parement présentant des assises irrégulières, composées de moellons de basalte disposés de manière aléatoire. Le sol de la porte est laissé en terre battue. Enfin, entre 1350 et 1400, la porte est reconstruite à nouveau avec cette fois-ci un parement présentant des assises régulières composées de gros galets de basalte (quelquefois avec encore des huitres accrochées sur ces pierres), blocs de corail et grès de plage, le tout provenant du littoral voisin. Lors de cette ultime phase de construction, l’ensemble des murs était recouvert d’un solide enduit de chaux, participant à la solennité de la porte. De nombreuses traces d’incendie indiquent également une destruction violente de la porte autour de 1400. 

Acoua, tesson Xe-XIIe siècleLes niveaux les plus anciens, antérieurs à la construction de l’enclos villageois, comportent des tessons de tradition Hanyoundrou à décors composé d’impression de coquillage anadara erythraeonensis, d’incisions géométriques en chevrons, mais également d’impressions ponctiformes, similaires aux traditions céramiques de la côte kenyane (archipel de Lamu) comme l’illustre la poterie retrouvée sur les sites de Manda (période II et III, 1050-1300, Chittick, 1984:116) et de Shanga (phase C à Shanga, 1100-1300, Horton 1996:262-263). Sites fournissant également des céramiques décorées d’impressions de coquillage «arca» d’origine comorienne, attestant ainsi de contacts commerciaux réciproques entre l’archipel de Lamu et Mayotte avant le XIVe siècle. 

Inversement, la poterie des niveaux du XIIIe siècle comporte davantage de parenté avec les traditions céramiques  contemporaines de la côte nord de Madagascar.

Enfin, les niveaux les plus anciens ont fourni un intéressant et rare fragment de noix de coco carbonisé:

fragment de noix de coco

 

©M. Pauly 2012

Références citées:

 

Chittick N. 1984 Manda : Excavation at an Island Port on the Kenya Coast, Nairobi, 258 p.

 Horton M. 1996 Shanga, the Archeology of a Muslim Trading Community on the Coast of East Africa, Londres, British Institute of East Africa, 458 p. 

Radimilahy C. 1998 Mahilaka: an archaeological investigation of an early town in northwestern Madagascar, Studies in African Archaeology (Uppsala), 1998, n° 15, 293 p. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by archeologiemayotte.over-blog.com - dans sites archéologiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Archéologie Mayotte
  • Archéologie Mayotte
  • : Site officiel de la société d'histoire et d'archéologie de Mayotte
  • Contact

Recherche

Avertissement droit d'auteur

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs. L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale. L'exploitation pédagogique des documents et photographies n'est autorisée que si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages (en mentionnant la provenance) et n'engendre pas de publication à visée commerciale. Pour utilisation commerciale des textes et images: renseignements à prendre via l'onglet "contact".

Abstract

 

The Society of Mayotte History and Archaeology (SHAM) was founded in 1990. For the last twenty years it has undertaken archaeological researches on the island in close connection with the French National Cultural Authorities (DRAC) and the Centre d'Etude et de Recherches sur l'océan Indien occidental et le Monde Austronésien (formerly CEROI, nowadays CROIMA, INALCO, Paris). Several archaeological sites have already been discovered and studied. Besides, the Society has played a part in the elaboration of the island archaeological map. Its members have published many articles and books.

 

Key words: archaeological excavations, Comoro Islands, Mayotte island, Indian Ocean, cultural traditions, Swahili and Malagasy civilisations, Austronesian civilisation, history, mediaeval pottery, stone architecture, Dembeni civilisation, island civilisation, islamisation, shirazi sultanate, islamic civilisation, mediaeval trade, human migrations.

 

Treize siècles d'histoire!

Sgraffiato à voluteCe site propose la découverte de la recherche archéologique à Mayotte, facette peu connue de son patrimoine historique, riche d'une occupation humaine attestée dès le VIIIe siècle après J-C.

C'est uniquement l'histoire ancienne  ou pré-coloniale de Mayotte, antérieure à sa cession à la France en 1841 qui est présentée ici.