Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 05:22

La fouille archéologique à Acoua a reprise depuis quelques semaines (septembre 2011), élargissant la zone étudiée à la totalité de l'ancienne porte fortifiée.

Des niveaux comportant de la poterie de tradition "Acoua" (XIVe siècle) ont été rapidement atteints. Deux "importations", d'un grand intérêt pour l'établissement d'une datation ont été découvertes en stratigraphie:

 

Céladon de Longquan (Chine):

 

Céladon d'AcouaLe céladon (greenware celadon) ou "bare-circle" est une céramique chinoise produite à Longquan (lien pour plus d'informations ), caractérisée par une absence de décor et une glaçure verte cherchant à imiter le jade.

La céramique de Longquan est devenue la première production de masse chinoise destinée à l'exportation. On la retrouve dans tous les sites archéologiques de l'Océan indien occidental, en quantité rivalisant avec la céramique islamique.

Si la production de Longquan débute dès la dynastie Song (le site archéologique de Dembeni en fournit de nombreux exemplaires), c'est surtout sous la dynastie Yuan (1276-1367) pendant laquelle cette céramique connaît la plus large diffusion, avec le développement du port commercial de Quanzhou où les marchands arabes venaient s'approvisionner.

Les routes par lesquelles cette céramique arrivait jusqu'en Afrique de l'Est sont connues: on en retrouve de grandes quantités au Sri Lanka sur le site de Polonnarua (XIIIe siècle) ainsi que dans les ports du Golfe persique comme le vieux Ormuz (Mark Horton, Shanga, 1996, 307). Une route commerciale austronésienne directe, de l'Indonésie à Madagascar est envisageable (les sites archéologiques malgaches présentant alors peu d'importations islamiques par comparaison aux importations d'extrême-orient).

Stéphane Pradines à Gedi note que 70% des céladons trouvés proviennent des niveaux archéologiques du XIIIe-XIVe siècle, contre seulement 30% pour le XVe siècle (S.Pradines, Gedi, 2010 pp.224-225). La période de plus grande diffusion du céladon en Afrique de l'Est couvre en effet la période 1350-1400. C'est donc un excellent marqueur chronologique pour notre site d'Acoua, d'autant qu'il est ici associé aux décombres de l'ultime phase de construction de la porte du rempart. De plus, il confirme la datation absolue du XIVe siècle donnée par l'analyse RC14 pour des niveaux similaires à Acoua, dans le "quartier des notables" (campagne de fouille 2005-2008).

 

Perle rouge


perle rougeCe type de perle, réalisée à partir de pâte de verre rouge, est assez courant sur les sites archéologiques d'Afrique de l'Est datés du XIVe siècle. On en rencontre ainsi au Nord-Ouest de Madagascar, sur le site de Mahilaka (Chantal Radimilahy, Mahilaka, 1998, p191), dans les niveaux les plus tardifs dattribués au XIVe siècle. 

La production de perles en pâte de verre rouge est principalement localisée dans l'Inde du Sud-Est et au Sri Lanka. 

 

 

M.Pauly


Partager cet article

Repost 0
Published by archeologiemayotte.over-blog.com - dans sites archéologiques
commenter cet article

commentaires

Pradines 25/09/2011 11:07


Pas de problème c'est bien un Céladon de Longquan 14ème, par contre ce n'est pas un bare circle, car pour avoir un bare circle il faudrait avoir un pied/fond, avec un cercle sans glaçure /couverte
à l'intérieur...le bare circle est daté généralement du 13ème...Amicalement, Stéphane


Présentation

  • : Archéologie Mayotte
  • Archéologie Mayotte
  • : Site officiel de la société d'histoire et d'archéologie de Mayotte
  • Contact

Recherche

Avertissement droit d'auteur

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs. L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale. L'exploitation pédagogique des documents et photographies n'est autorisée que si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages (en mentionnant la provenance) et n'engendre pas de publication à visée commerciale. Pour utilisation commerciale des textes et images: renseignements à prendre via l'onglet "contact".

Abstract

 

The Society of Mayotte History and Archaeology (SHAM) was founded in 1990. For the last twenty years it has undertaken archaeological researches on the island in close connection with the French National Cultural Authorities (DRAC) and the Centre d'Etude et de Recherches sur l'océan Indien occidental et le Monde Austronésien (formerly CEROI, nowadays CROIMA, INALCO, Paris). Several archaeological sites have already been discovered and studied. Besides, the Society has played a part in the elaboration of the island archaeological map. Its members have published many articles and books.

 

Key words: archaeological excavations, Comoro Islands, Mayotte island, Indian Ocean, cultural traditions, Swahili and Malagasy civilisations, Austronesian civilisation, history, mediaeval pottery, stone architecture, Dembeni civilisation, island civilisation, islamisation, shirazi sultanate, islamic civilisation, mediaeval trade, human migrations.

 

Treize siècles d'histoire!

Sgraffiato à voluteCe site propose la découverte de la recherche archéologique à Mayotte, facette peu connue de son patrimoine historique, riche d'une occupation humaine attestée dès le VIIIe siècle après J-C.

C'est uniquement l'histoire ancienne  ou pré-coloniale de Mayotte, antérieure à sa cession à la France en 1841 qui est présentée ici.