Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 13:04

À Mayotte, la production de chaux est en grande partie consécutive aux techniques de construction en pierre maçonnée. Toutefois un premier usage de la chaux pour la consommation de bétel ou le calfatage des navires est attesté dès le XIe siècle grâce au four de Bagamoyo étudié par Cl.Allibert et A. Argant. Les coquillages servaient de matière première pour la finesse de la chaux ainsi obtenue. J.S. Leigh observe encore cette technique au nord ouest de Madagascar au début du XIXe siècle.

La production en grande quantité de chaux, destinée à la construction maçonnée apparaît  elle-aussi de manière certaine à partir du XIe siècle, et s’est poursuivie jusqu’à une époque très récente, jusqu’à être supplantée par l’importation de sacs de ciments et la réglementation protégeant les récifs coralliens.

Production ancienne de chaux à MayotteLa technique ancienne de production de la chaux est aujourd’hui bien connue par l’archéologie qui a pu étudier des zones de productions (Acoua, Tsoha,...) et en dresser un premier inventaire.

 

La chaux à Mayotte est obtenue par la calcination du corail. Les blocs de corail récoltés sur les platiers madréporiques étaient ensuite fractionnés en fragments de quelques centimètres pour en faciliter la cuisson. Ils étaient ensuite entassés dans des fosses sur lequel un bûcher était entretenu pour atteindre une température de 900 degrés, jusqu’à la cuisson total du calcaire et sa transformation en chaux vive.
On obtenait ainsi une masse poudreuse blanche, la chaux vive, qui était ensuite copieusement arrosée d’eau pour «l’éteindre» ou la «tuer» au risque de se causer des brûlures avec la chaux vive (cela explique pourquoi les zones de production de chaux se situent à proximité de points d’eau douce).

Cette masse pouvait être ainsi conservée plusieurs mois.
Mélangée à du sable ou des gravillons coralliens et de l’eau, elle devenait l’ingrédient essentiel pour la fabrication du mortier de chaux employé comme liant dans la confection des murs maçonnés. La facilité à se procurer du corail à Mayotte pour fabriquer la chaux explique la solidité des maçonneries obtenues où l’on ne lésinait pas sur la quantité de chaux dans la composition des mortiers.

 

fosse à chaux ancienne à Acouadétail granulat

 

À gauche: exemple de fosse à chaux, vue en coupe (baie d'Acoua), à droite, fragments de corail ayant échappé à la cuisson.


Il apparaît aujourd’hui, grâce à la recherche archéologique, que ce sont les enclos urbains et quelques sépultures qui furent les premières constructions maçonnées à Mayotte au XIe-XIIIe siècle. Puis, à partir du XIVe siècle apparaissent les premières mosquées en pierre, suivies des habitations aisées au XVe-XVIe siècle.

Durant l’époque coloniale, les procédés industriels en usage à Mayotte pour la production du sucre de canne (1850-1950) employaient la chaux pour participer à la décantation du jus de canne. Cela explique la présence de nombreux fours à chaux associés aux vestiges des usines sucrières de Mayotte.

Partager cet article

Repost 0
Published by archeologiemayotte.over-blog.com - dans sites archéologiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Archéologie Mayotte
  • Archéologie Mayotte
  • : Site officiel de la société d'histoire et d'archéologie de Mayotte
  • Contact

Recherche

Avertissement droit d'auteur

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs. L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale. L'exploitation pédagogique des documents et photographies n'est autorisée que si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages (en mentionnant la provenance) et n'engendre pas de publication à visée commerciale. Pour utilisation commerciale des textes et images: renseignements à prendre via l'onglet "contact".

Abstract

 

The Society of Mayotte History and Archaeology (SHAM) was founded in 1990. For the last twenty years it has undertaken archaeological researches on the island in close connection with the French National Cultural Authorities (DRAC) and the Centre d'Etude et de Recherches sur l'océan Indien occidental et le Monde Austronésien (formerly CEROI, nowadays CROIMA, INALCO, Paris). Several archaeological sites have already been discovered and studied. Besides, the Society has played a part in the elaboration of the island archaeological map. Its members have published many articles and books.

 

Key words: archaeological excavations, Comoro Islands, Mayotte island, Indian Ocean, cultural traditions, Swahili and Malagasy civilisations, Austronesian civilisation, history, mediaeval pottery, stone architecture, Dembeni civilisation, island civilisation, islamisation, shirazi sultanate, islamic civilisation, mediaeval trade, human migrations.

 

Treize siècles d'histoire!

Sgraffiato à voluteCe site propose la découverte de la recherche archéologique à Mayotte, facette peu connue de son patrimoine historique, riche d'une occupation humaine attestée dès le VIIIe siècle après J-C.

C'est uniquement l'histoire ancienne  ou pré-coloniale de Mayotte, antérieure à sa cession à la France en 1841 qui est présentée ici.