Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 12:23

À toutes les époques de l'histoire de Mayotte, la baie de Longoni, de l'actuel port de Longoni à Bandraboua, offre un abri sûr aux navires de passage. Son nom même, "ulingoni" signifie en langue bantoue, "le lieu de l'échelle", par allusion au débarquement des marchandises depuis les bateaux échoués à marée basse sur ses plages. D'importantes cités commerçantes de Madagascar portaient d'ailleurs ce nom: langany dans la baie de Mahajamba au Nord de Majenga, que les auteurs arabes du XVe siècle appellent "lulangani". Il n'est d'ailleurs pas impossible que le grand port médiéval de Mahilaka portait ce nom avant son abandon au XIVe siècle. Pierre Vérin, en titrant sa thèse "les échelles anciennes de commerce sur les côtes Nord de Madagascar" en 1975, était particulièrement bien inspiré, ayant compris que les ports de Madagascar et des Comores étaient connectés aux cités commerçantes d'Afrique de l'Est, et, tels une série de jalons incontournables, ces ports composaient une véritable "échelle" poussant toujours plus loin vers le sud, le réseau commercial de l'Océan indien occidental.

baie de Longoni

 

Cette partie du littoral de Mayotte offre une concentration intéressante de sites archéologiques pré-coloniaux: un village fortifié à Mitseni, des ruines de mosquées (Mitseni, Mazamoni, Maouéni et Dzoumonyé), des arrières mangroves avec tessons éparpillés. Si l'on adjoint à cette liste les sites du littoral de Kangani à Majicavo, ce secteur présente trois sites fortifiés ainsi que deux sites de "hauteurs" qui sous-entendent l'existence d'anciennes chefferies. C'est également là où la plus ancienne présence humaine à Mayotte a été reconnue: sur le site côtier de Koungou (VIIIe siècle). Enfin, dernièrement j'ai rencontré,  baie de Longoni, un éparpillement de tessons renvoyant aux époques les plus anciennes du peuplement de l'île.

Tessons Mtsanga Longoni

  Probable EIW découverte plage de Longoni

TIW

À gauche: une partie des tessons récoltés fin août 2011.

 

En haut: deux des tessons récoltés baie de Longoni.

Si le second, avec ses motifs géométriques hachurés  est représentatif de la culture bantoue "TIW" (Triangular Incised Ware) présents sur d'autres sites de Mayotte (Liszkowski 2008, Allibert 2009) et plus généralement des Comores (Chanudet 1989, Wright 1984), le premier présente de très grandes similitudes avec la tradition bantoue plus ancienne "EIW" (Early Iron Working) comme définie par l'archéologue Tanzanien Félix Chami (1992).

 

F.Chami tessons limbo, delta de la RufijiLes sites de tradition EIW identifiés par F.Chami se situent dans les régions côtières de Tanzanie et du Kenya. Ici, à gauche, quelques tessons de tradition "Limbo", provenant de sites archéologiques du delta de la rivière Rufiji, en Tanzanie.(Chami 1998). Des perles associées et attribuées par F.Chami au monde méditerranéen gréco-romain semble fournir une datation du début du premier millénaire pour cette culture. Il est alors tentant de reconnaître en ces sites côtiers de la rivière Rufiji, le port antique de Rhapta, cité par les auteurs gréco-romains tel l'anonyme du Périple de la Mer Erythrée (IIe siècle).

 

Ces découvertes apportent une profondeur historique nouvelle aux établissements anciens de la baie de Longoni. et  bien sûr à Mayotte.  Si les recherches de F.Chami ne font cependant pas consensus parmi les chercheurs, notamment pour les chronologies avancées, la présence d'éventuels tessons de tradition EIW à Longoni pourrait être comprise comme une preuve d'une présence humaine africaine à Mayotte dès la première moitié du Ier millénaire de notre ère.

Comment l'expliquer? On sait par les sources écrites gréco-romaines (Allibert 2009), que le commerce méditerranéen connut l’Afrique de l’Est (Azania) fréquentée jusqu’à Rhapta (actuel delta de la Rufiji), et que l’écaille de tortue était la principale marchandise échangée auprès de ces populations africaines de la côte. La région du canal du Mozambique et ses îles (Mare Prasodis), étaient réputées pour la capture des tortues. Il est alors tout à fait envisageable d’interpréter la présence de tesson EIW à Mayotte, comme le témoignage de ces installations, certainement saisonnières à l’origine, puis permanentes, de ces pêcheurs bantous venus capturer les tortues marines dans la première moitié du Ier millénaire de notre ère, afin d’alimenter le commerce en écaille, ainsi qu’en ambre gris, des comptoirs d’Azania.

M.Pauly

 

Bibliographie:

ALLIBERT Claude:  2009 «Peut-il y avoir une occupation pré-dembénienne à Mayotte?» Taarifa n°1 (Archives Départementales de Mayotte), pp.17-30.

 

CHAMI Félix A. :    1992 «Limbo: Early Iron-working in south-eastern Tanzania», Azania XXVII pp.45-52.
                               1998 «The 1996 Archaeological Reconnaissance North of the Rufiji Delta», Nyame Akuma n°49, pp. 62-78.
                             2010 «Archaeological research in Comores between 2007 to 2009» , Civilisations des mondes     insulaires, Karthala, pp.811-823.

 

CHANUDET Claude: 1989:  Contribution à l’étude du peuplement  de l’île de Mohéli, Paris 676p.

 

LISZKOWSKI Henri D.: 2008: «Les Bantous, premiers occupants de Mayotte?» Univers Maore, n°8, pp.42-48.

 

VERIN Pierre: 1975 Les échelles anciennes de commerce sur les côtes nord de Madagascar, Université de Lille 3,  2 vol. 1016 p.

WRIGHT Henry T. : 1984 «Early Seafarers of the Comoro Islands: the Dembeni Phase of the IXth-Xth Centuries AD», AZANIA XIX, pp.13-59.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by archeologiemayotte.over-blog.com - dans sites archéologiques
commenter cet article

commentaires

Jean-Philippe BRANDON 20/09/2011 10:06


Le mot "Longoni" faisant référence au village du même nom, se prononce en shimaore "Dongoni" avec "d" alvéolaire implosif. "Dongo" signifie "argile rouge", "Dongoni" signifie donc "lieu où se
trouve l'argile rouge"
"Ulingo"échelle est un mot différent.

Jean-Philippe BRANDON
Association SHIME


archeologiemayotte.over-blog.com 20/09/2011 14:44



Merci de votre contribution.


Je suis du même avis que vous pour l'étymologie Dongoni, toponyme que l'on rencontre sur les anciennes cartes de Mayotte pour la baie de Chiconi ("Joungoni" sur la carte de 1845, "Loungoni," sur
celle de 1865) et éventuellement pour la baie de Tsingoni "Dindioni".


Mais je pense qu'une lecture différente est envisageable pour la baie de Longoni: si l'on admet que ce toponyme à la même origine que le nom de l'ancien port malgache antalaouste de Langany (baie
de Mahajamba). On apprend en effet que ce lieu est retranscrit dans les écrits arabes du XVe siècle, tel le routier d'Ibn Magid, en 1462, en "Lulugan", ou encore "Lulangan" dans les récits
portugais du début du XVIe siècle, ce qui, à mon sens est davantage proche de ulingo, l'échelle, que de dlongo. Même si je vous l'accorde, une lecture à partir de Dlongo paraît plus évidente au
premier abord. Sachant enfin que ces toponymes renvoient systématiquement à des ports très actifs à l'époque médiévale, l'allusion à l'échelle paraît à mon sens plus adaptée que l'argile rouge
pour désigner ces lieux. Mais cela reste qu'une hypothèse.



Présentation

  • : Archéologie Mayotte
  • Archéologie Mayotte
  • : Site officiel de la société d'histoire et d'archéologie de Mayotte
  • Contact

Recherche

Avertissement droit d'auteur

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs. L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale. L'exploitation pédagogique des documents et photographies n'est autorisée que si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages (en mentionnant la provenance) et n'engendre pas de publication à visée commerciale. Pour utilisation commerciale des textes et images: renseignements à prendre via l'onglet "contact".

Abstract

 

The Society of Mayotte History and Archaeology (SHAM) was founded in 1990. For the last twenty years it has undertaken archaeological researches on the island in close connection with the French National Cultural Authorities (DRAC) and the Centre d'Etude et de Recherches sur l'océan Indien occidental et le Monde Austronésien (formerly CEROI, nowadays CROIMA, INALCO, Paris). Several archaeological sites have already been discovered and studied. Besides, the Society has played a part in the elaboration of the island archaeological map. Its members have published many articles and books.

 

Key words: archaeological excavations, Comoro Islands, Mayotte island, Indian Ocean, cultural traditions, Swahili and Malagasy civilisations, Austronesian civilisation, history, mediaeval pottery, stone architecture, Dembeni civilisation, island civilisation, islamisation, shirazi sultanate, islamic civilisation, mediaeval trade, human migrations.

 

Treize siècles d'histoire!

Sgraffiato à voluteCe site propose la découverte de la recherche archéologique à Mayotte, facette peu connue de son patrimoine historique, riche d'une occupation humaine attestée dès le VIIIe siècle après J-C.

C'est uniquement l'histoire ancienne  ou pré-coloniale de Mayotte, antérieure à sa cession à la France en 1841 qui est présentée ici.