Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 15:13

vatomasina      La pointe tsiraka Kahirimtrou ("là où l'on de doit pas appeler quelqu'un") est un lieu rempli de superstitions. Il n'est pas rare, à Acoua, village de langue malgache sakalava, de rencontrer des personnes qui avouent n'avoir jamais voulu s'y rendre, par peur des esprits (djins).

    C'est en effet sur un magnifique plateau appelé "Antsiraka Boira", dominant le lagon, où poussent bananiers, orangers, manguiers, arbres à pain,...  où se situe un très ancien site archéologique, reconnaissable aux tessons de céramique ancienne qui jonchent le sol. Les plus anciens remontent à l'époque médiévale (tradition Hanyoundrou Xe-XIIIe siècle) et sont associés à un petit nombre d'importations moyen-orientales et malgaches. Quelques scories signalent l'existence d'une métallurgie ancienne.

      Ce site archéologique, probablement aussi ancien que le site voisin d'Agnala M'kiri (occupé dès la fin du IXe siècle), a la particularité de n'avoir ni vestige maçonné ni les traces de mosquée. Par contre, un énorme rocher trône au centre du site. Autour de celui-ci, la densité de tessons est la plus élevée, particulièrement sur ses faces Sud et Est. Il s'agit probablement d'une pierre sacrée malgache, "vatomasina", comme décrite en ces termes par Gevrey en 1870:

 

"Les Malgaches sont extrêmement supersticieux. Sur le route d'un de leurs villages, à Mayotte, il y avait une grosse pierre pour laquelle ils semblaient avoir une dévotion particulière, car elle était toujours couverte de fleurs, de colliers de grains, de fruits, quelquefois même de pièces de monnaie. Il est vrai que cette pierre se trouvait à côté d'un cimetère et qu'ils ont une peur horrible des morts."

 

     Cette description convient particulièrement à ce rocher d'Acoua, qui dès l'époque médiévale bénéficia d'un culte de rite malgache. Cette vatomasina atteste surtout de l'ancienneté du peuplement malgache à Acoua ce qui n'est pas sans conséquence pour l'histoire de Mayotte. Jusqu'à présent, il n'était connu que la pierre sacrée des Sakalaves du village de Choungi, au lieu-dit Andebe, mais aucun tesson ancien n'y était associé pour en déterminer l'ancienneté.

La vatomasina d'Acoua atteste donc, comme pour les sites de la période Dembeni (IXe-XIe siècle) de l'ancienneté du peuplement malgache à Mayotte que certains attribuaient à une période beaucoup plus récente.

      L'urbanisation actuelle hélas, est aux portes de ce site, et il est à craindre que cette pierre sacrée soit prochainement éclatée par des carriers comme une pierre identique, jadis sur le site d'Agnala Mkiri, qui recevait jusqu'à sa destruction, un culte aux djins.

     Une protection de ce site permettrait, assurément de préserver la trace médiévale des origines malgaches du peuplement de Mayotte.

 

Martial Pauly

 

Partager cet article

Repost 0
Published by archeologiemayotte.over-blog.com - dans sites archéologiques
commenter cet article

commentaires

archeologiemayotte.over-blog.com 12/04/2011 14:01


Le nom des djins malgaches, à partir d'une enquête réalisée au-près des habitants d'Acoua:
Moutorou: il vit à la campagne
Nomouganguana: avec une peau de zébu, il enveloppe sa victime pour l'enlever.
Saragnombé: avec une tête de chèvre inversée, il poursuit les gens
Namkichkichigno: il entre dans les maisons
Namvaramna: il vole
Serabangué: il boit du sang
Namkichamno: il détruit tout
Loulou Koudjou: passe dans les rigoles bruyamment
Kounamoirou: il vole comme le vent et mange tous les hommes et animaux. C'est le plus maléfique.
Kakanorou: de petite taille, il fait peur à tout le monde, il vole le lait, poursuit les personnes mais sans les tuer.

les Djins marins:
Ménaména (ou Loulou mouroni bouca "celui qui vit dans les rivières"): il vit dans la mer et tue ceux qu'il attrape.
Hima, il vit dans la mer et ouvre grand sa gueule pour dévorer les pieds des baigneurs.

http://archeologiemayotte.over-blog.com


Présentation

  • : Archéologie Mayotte
  • Archéologie Mayotte
  • : Site officiel de la société d'histoire et d'archéologie de Mayotte
  • Contact

Recherche

Avertissement droit d'auteur

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs. L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale. L'exploitation pédagogique des documents et photographies n'est autorisée que si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages (en mentionnant la provenance) et n'engendre pas de publication à visée commerciale. Pour utilisation commerciale des textes et images: renseignements à prendre via l'onglet "contact".

Abstract

 

The Society of Mayotte History and Archaeology (SHAM) was founded in 1990. For the last twenty years it has undertaken archaeological researches on the island in close connection with the French National Cultural Authorities (DRAC) and the Centre d'Etude et de Recherches sur l'océan Indien occidental et le Monde Austronésien (formerly CEROI, nowadays CROIMA, INALCO, Paris). Several archaeological sites have already been discovered and studied. Besides, the Society has played a part in the elaboration of the island archaeological map. Its members have published many articles and books.

 

Key words: archaeological excavations, Comoro Islands, Mayotte island, Indian Ocean, cultural traditions, Swahili and Malagasy civilisations, Austronesian civilisation, history, mediaeval pottery, stone architecture, Dembeni civilisation, island civilisation, islamisation, shirazi sultanate, islamic civilisation, mediaeval trade, human migrations.

 

Treize siècles d'histoire!

Sgraffiato à voluteCe site propose la découverte de la recherche archéologique à Mayotte, facette peu connue de son patrimoine historique, riche d'une occupation humaine attestée dès le VIIIe siècle après J-C.

C'est uniquement l'histoire ancienne  ou pré-coloniale de Mayotte, antérieure à sa cession à la France en 1841 qui est présentée ici.