Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 08:45

Plusieurs sondages archéologiques à Acoua-Agnala M’kiri font nettement apparaître en stratigraphie, à des profondeurs similaires, une couche homogène présentant un niveau de sol rubéfié [brûlé] associé à de la cendre et des charbons de bois. On y rencontre également des «lits de tessons» indiquant que des vases furent brisés au sol lors de cet épisode violent:

 localisation des traces d'incendie à Acoua

 

Couche d'incendie (indiquée par les flèches) observée en 2006 et en 2008.

couche d'incendie Acoua (2006)  couche d'incendie Acoua (2008)


Sondage 2011-2012: sol rubéfié et lit de tessons:

couche d'incendie 2012  tessons associés couche d'incendie 2012


 

Cette strate d’incendie, bien datée grâce à l’association d’un tesson de sgraffiato tardif du début XIIe siècle, se rencontre sur la totalité de la superficie occupée par le village d’Acoua à cette époque. C’est le résultat d’un important incendie qui détruisit la totalité du village. 

On imagine sans peine, le feu attisé par le vent se propager de case en case, à une époque où celles-ci étaient toutes construites en végétal. 

 

un incendie accidentel?

Un évènement similaire s’est déroulé à Acoua (village moderne) au début du XXe siècle. La mémoire villageoise s’en souvient en ces termes:

 

«  Il y eut il y a un siècle environ un terrible incendie qui détruisit toutes les maisons d’Acoua sauf la mosquée qui était en pierre. Le feu avait pris alors que des femmes préparaient un repas. Il soufflait ce jour là un fort vent qui attisait les flammes alors que toutes les maisons étaient construites en feuilles de cocotier. Un homme très méchant avant de partir travailler à la campagne avait dit à sa fille de ne sortir de chez elle sous aucun prétexte si bien que celle-ci mourut dans la maison en flamme. »

 

Nul doute, au vue de la couche de destruction observée dans les niveaux archéologiques médiévaux, que l’incendie du village d’Acoua-Agnala M’kiri au XIIe siècle fut tout aussi important. Le développement du village ne s’interrompit cependant pas pour autant et les habitants reconstruisirent sur les cendres comme l’indique la non interruption de l’occupation humaine dans la stratigraphie. 

Rien n’atteste pour l’heure que cet incendie ait pu avoir une autre origine qu’accidentelle. Cependant, à l’avenir, si d’autres sites archéologiques révèlent des traces de destructions violentes similaires au début du XIIe siècle, il faudra alors reconsidérer cet épisode qui témoignerait alors d’une guerre locale. 

Le rempart maçonné d’Acoua sera quant à lui construit quelques décennies plus tard, toujours durant la première moitié du XIIe siècle. Le village, jusqu’alors simple hameau, démarre alors une spectaculaire transformation avec la construction de cet enclos pastoral/défensif formant une boucle d’un kilomètre de long: Acoua devient l’une des principales chefferies de Mayotte. 

On peut se plaire à penser que ces deux épisodes autour de 1100-1150, incendie du village puis construction du rempart, sont liés et que tous deux témoigneraient des troubles caractérisant la fin de la période Dembeni, mais il faut bien prendre garde, en archéologie, à la surinterprétation...

 

M.Pauly

Partager cet article

Repost 0
Published by archeologiemayotte.over-blog.com - dans sites archéologiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Archéologie Mayotte
  • Archéologie Mayotte
  • : Site officiel de la société d'histoire et d'archéologie de Mayotte
  • Contact

Recherche

Avertissement droit d'auteur

Les photographies et les textes rédigés sont la propriété exclusive de leurs auteurs. L'exploitation commerciale de tout ou partie des documents requiert une autorisation spéciale. L'exploitation pédagogique des documents et photographies n'est autorisée que si elle rentre dans le cadre exclusif des apprentissages (en mentionnant la provenance) et n'engendre pas de publication à visée commerciale. Pour utilisation commerciale des textes et images: renseignements à prendre via l'onglet "contact".

Abstract

 

The Society of Mayotte History and Archaeology (SHAM) was founded in 1990. For the last twenty years it has undertaken archaeological researches on the island in close connection with the French National Cultural Authorities (DRAC) and the Centre d'Etude et de Recherches sur l'océan Indien occidental et le Monde Austronésien (formerly CEROI, nowadays CROIMA, INALCO, Paris). Several archaeological sites have already been discovered and studied. Besides, the Society has played a part in the elaboration of the island archaeological map. Its members have published many articles and books.

 

Key words: archaeological excavations, Comoro Islands, Mayotte island, Indian Ocean, cultural traditions, Swahili and Malagasy civilisations, Austronesian civilisation, history, mediaeval pottery, stone architecture, Dembeni civilisation, island civilisation, islamisation, shirazi sultanate, islamic civilisation, mediaeval trade, human migrations.

 

Treize siècles d'histoire!

Sgraffiato à voluteCe site propose la découverte de la recherche archéologique à Mayotte, facette peu connue de son patrimoine historique, riche d'une occupation humaine attestée dès le VIIIe siècle après J-C.

C'est uniquement l'histoire ancienne  ou pré-coloniale de Mayotte, antérieure à sa cession à la France en 1841 qui est présentée ici.